Nancéiens sous objectif

Parce que la magie du blog, il faut bien le dire, c’est la rencontre. Timide, pas forcément sociable la meuf, le blog m’a vraiment permis d’aller au-devant des gens, apprendre à les connaitre, à découvrir leurs univers, et souvent, au détour d’une rencontre toute hasardeuse.

C’est ce qui m’est arrivée avec ce garçon, sujet de cet article… Grégory Jacquier. Rencontre toute fortuite et puis au fur et à mesure du temps qui passe, on m’apprend quelle est la passion cachée de cette personne, je demande à voir, et PAF coup de coeur !

Photogénie Photographique

Avant de vous présenter l’Homme, je vous présente son travail.

Je ne suis pas photographe, clairement je n’y connais rien, je me suis mise à la photo avec le blog et puis au fur et à mesure je me suis prise de curiosité pour ce « passe-temps » en observant Monsieur faire de la photo argentique, faire du développement, remettre en marche de vieux Canon A1 ou encore de vieux Semflex. Son rêve, dégoter un Rolleiflex (alors si jamais vous en avez un… à bon entendeur…).

Bref, ne me parlez pas technique, focale, obturation… moi ce qui me plait dans la photo c’est le sujet et l’émotion qu’une photo peut dégager, un univers, une ambiance…

Le travail de Grégory m’a interpellé, par rapport à la variété de ses sujets, et son style pluridisciplinaire. Autant Grégory propose des prestations commerciales de type shooting, mariage, portrait… Autant, il s’éclate à côté dans un style plus artistique tout en reliant la photo à des moments de sa vie.

Sa première série qu’il a choisi de nommer « Hors-piste » est une série où l’on retrouve l’Homme et toute sa personnalité. Gregory, ancien danseur classique, se plait à arpenter aujourd’hui des lieux abandonnés en mode URBEX. Des lieux où se dégage une certaine atmosphère, tantôt mystique, tantôt mélancolique d’un passé oublié… Une émotion que la danse classique permet également de retransposer dans les mouvements. Comme si, la recherche de sensations était toujours présente chez lui.

Pour vous parler de sa deuxième série, je vais devoir vous parler de Lui.

Un nancéien chez les nancéiens

Grégory est un nancéien de pur souche. Profil atypique puisqu’un peu scientifique et moins artistique. Grégory s’est d’abord tourné vers l’informatique et plus précisément vers le développement informatique. Et puis un peu après le bac, il se découvre une fibre artistique. Il commence à faire du Théâtre, s’intéresse aux arts, pratique la danse classique et, est musicien également. Il apprend à jouer de son émotion au travers de son jeu de comédien, et dans ses mouvements.

En parallèle, son père pratique la photographie. Grégory commence à s’y intéresser, et avec son premier salaire, s’offre son premier appareil. Le voici parti à arpenter les rues de Nancy, à shooter les petites ruelles oubliées, à les sortir de l’ombre. Une jolie occasion pour lui de réaliser sa toute première expo en 2000.

Grégory prend ses inspirations dans ses voyages au Chili, en Afrique et en Allemagne où il a vécu pendant un peu moins de deux ans. Ses mentors : Peter Lindbergh, Eric Matheron Balay, Lois Greenfield, Théo Gosselin, Franck Gomez et plusieurs autres.

La photo, un vrai exutoire pour lui, une vraie passion. En parallèle de son travail, il lance son auto-entreprise en tant que photographe en 2009.

Aujourd’hui Grégory est suivi sur Instagram par près de 2000 personnes, et a également changé de métier, il est aujourd’hui chef de projet digital à Nancy. Une rencontre fortuite je vous disais… et bien oui, au-delà du collègue de Monsieur, j’ai appris à connaitre davantage le photographe. Tout simplement.

Curieuse, je voulais voir son travail. Et Grégory m’a donc envoyé quelques photos de sa seconde série « De si braves gens », sur laquelle j’ai tout de suite accroché. Et pour cause, les sujets : des nancéiens et nancéiennes. Une jeunesse d’ici, une jeunesse lorraine au travers de leurs univers si différents. Des photos intimistes, une exploration sociale qui nous fait déambuler d’appartement en appartement, et de personnalité en personnalité.

Grégory X le Repère

Et qu’elle n’a pas été ma double surprise d’apprendre que « De si braves gens » allait être l’objet de la toute première exposition du Repère. Mais oui rappelez-vous, je vous en parlais dans mon article juste ici, Eric (propriétaire du Repère) me parlait à l’époque, de sa volonté de transformer son concept-store, en lieu d’exposition éphémère, et son souhait de mettre en lumière des artistes nancéiens et lorrains.

Eric m’a confié pourquoi il avait choisi cette série « De si braves gens » parmi d’autres : le travail du noir & blanc qui met paradoxalement en lumière chaque détail du quotidien du sujet, et aussi, et surtout, les sujets eux-mêmes et leurs univers qui lui rappelle tout simplement ses propres enfants. Un coup de coeur immédiat.

Rappelons à la base que Grégory s’est rendu au Repère pour acheter une montre… Comme quoi, notre aventure sur cette terre ne tient qu’au hasard !

« De si braves jeunes », une série sur laquelle Grégory a travaillé un peu plus de 5 mois, est au Repère depuis le 4 Avril dernier.

Vous pouvez venir l’admirer jusqu’au 3 Juin prochain, et je vous conseille vivement d’y aller. Et si vous ne connaissez pas encore Eric et son Repère c’est l’occasion de découvrir un très bel endroit, teinté d’une très belle expo !

Informations Pratiques

Grégory Jacquier

greg@jacquier-photo.fr

Site internetFacebookInstagram

Le Repère

27 rue de la Visitation

Site InternetFacebookInstagram

3 Comments

  1. 1
  2. 3

    Bonsoir madameantoine
    Grand plaisir de vous lire ..
    je travaille dans la mode pourriez vous me contacter …. je recherche une plume ;))
    Martine

Laisser un commentaire

Vote adresse email ne sera pas publiée. Les champs marqués par * sont requis *

Vous pouvez utiliser ce code HTML <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>

Vous devriez aimer ça…